Lebanese song

Je ne sais pas pourquoi, mais, en ces temps de violence et d’incertitude, des souvenirs me taraudent. Souvenirs des années 70-80, des années de guerre au Liban. Nous connaissions, ma compagne et moi, à l’époque des amis, Brigitte, professeur d’allemand, elle-même d’origine allemande, collègue de travail, et son compagnon, Ahmad, médecin à l’Hôpital Français de Bruxelles, d’origine libanaise. Nous nous rencontrions souvent chez une amie commune, à Bruxelles. Je ne sais plus si c’est avant ou après les massacres de Sabra et Chatila[i], Ahmad a voulu rejoindre les siens, à Beyrouth, pour soigner les blessés dans l’hôpital que dirigeait sa famille. Brigitte l’a suivi. Nous n’eûmes plus guère de nouvelles, jusqu’au jour où nous apprîmes que, poussée à bout par les interminables combats et les bombardements incessants, elle avait décidé de réintégrer la Belgique.

Puis la nouvelle est tombée : Brigitte s’était jetée sous un train, non loin de Louvain-la-Neuve…

Je repense à toi, Brigitte, et te dédie ces quelques phrases.

 

Image Walid Raad, oeuvre exposée au Carré d’Art, à Nîmes

Lebanese song

 

Bruxelles Beyrouth

Beyrouth Bruxelles

les années de sang

les années snipers

 l’insouciance ici

la guerre fratricide là-bas

aux côtés d’Ahmad

avant…

 

avant ce jour où tu as pris la fuite

Brigitte

dans l’incolore de la vie

sous un train d’acier implacable

au large de Louvain-la-Neuve

 

Bruxelles Beyrouth

Beyrouth Bruxelles

Il n’y avait plus de fallafel

juste les impacts AK47

et les bombes pleuvant sur Beyrouth la douce

et des vies à l’emporte-pièce

des vies que tentait de sauver Ahmad

médecin du pire

ton compagnon

des vies de là-bas, Liban, Palestine, chrétiens, musulmans, qu’importe

qu’est-il devenu

a-t-il survécu

sans toi, Brigitte, revenue parmi les vivants pour y mourir

pleurs griffonnés

blessures taguées

sur les peaux de la ville

ce gâchis universel

 Beirouth Bruxelles

Bruxelles Beyrouth

Nous prendrons le thé de l’indicible

 

 

 

 

 

 

[i] http://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Sabra_et_Chatila, sur Wikipedia.

One response to “Lebanese song”

  1. mchristinegrimard says :

    Un hommage extrêmement touchant…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :