Echographie

Je me suis assis sur une souche

Là au milieu d’une clairière anonyme

On distingue à peine le flou

Des arbres dans la brume

Tout est étiqueté silence

Et la vie affleure à peine

Les feuilles essaient de parler

Mais se taisent prudentes

Frétillent en vain

(Silence) un calme

Cosmétique ou comateux

(Silence) une petite ondée fugace

Qui dégouline des troncs

J’aimerais qu’un animal s’ébroue

Réponde aux cris sourds de l’homme

Prélude et fugue

Dans ce sous-bois drapé

D’humeurs apeurées

Je tiens dans ma main

La droite sans doute

Une canne de bois

Bois lisse calque du bois rugueux

Des écorces striées

Des blessures des gerçures

De ce temps qui passe sans cesse

Et puis dans cette brume jalouse

Tu apparais sublime

Et violente

©GilRay, novembre 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :