Zinc

(En hommage à Jacques Prévert)

Robert Doisneau, Au Bistrot, Paris, 1950

Il a placé ses mains

Sur le zinc du comptoir

Attendu qu’on le serve

La fille connaît ses habitudes

Un petit ballon de rouge

Il est tôt pourtant

Mais qu’adviendra-t-il après

Il a porté le verre à ses lèvres

Bu lentement

Ses pensées se sont évadées

Comme chaque matin

Alors il a voulu les rattraper

Il a reposé le verre et ses mains

Sur le zinc du comptoir

La fille servait d’autres clients

Elle n’a rien vu venir

Le sourire du gars

Les paroles murmurées

Le tremblement de ses doigts

Et la noyade de son regard

Il a délaissé son tabouret

Est sorti du bistrot

Un peu plus vieux maintenant

Le boulevard s’aspergeait déjà

De lumière dans les platanes

©GilRay, août 2019

About Raymond GILLES

Photo, écriture, lecture, cinéma..., hors des sentiers battus...

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :