Bistrot populaire

Tout d’abord il y a cette petite salle un soir

Mon bistrot populaire

Enfumée sentant la bière

Assis sur des chaises en bois autour des tables

En bois luisant

Des gens qui essaient d’oublier la semaine et la fatigue

et aussi d’autres accoudés au zinc

Parlant parfois fort

Pour faire mieux

Que le jukebox

Diffusant ses petits vinyles 45 tours

Des slows ou du Johnny

Avec même un ou deux couples

Langoureux s’aimant

On le devine ils dansent un peu gauches

Même en oubliant l’autre qui regarde

Et puis il y a la patronne

Derrière son comptoir

À la peine à la pompe

Sourire incandescent

Et petite robe affriolante

Ils boivent ils dansent

Pas que des vieux des jeunes aussi

Cherchant l’âme sœur après la journée dure

Usine garage mine chômedu

Envie que la tête s’envole un peu

Se grise te fait penser

A ce que tu ne seras jamais

Ensuite il y a les lumières un peu jaunes

Une ampoule qui a lâché

Mais c’est pas important

La lumière elle est dedans

Allez le temps passe les couples se multiplient

On est dans une rue un peu falote

Le bistrot éclabousse le trottoir

La patronne augmente le son

Et fait des p’tites mimiques coquines

Ressert

Je suis là dans le fond

Face à ma bière toujours courageuse en mousse

Cette petite salle un soir

C’est comme le paradis tous les jours

J’en crève aujourd’hui

Parce que les baisers volés sur des bouches

Ont laissé des traces amères

Et la musique dans nos oreilles

Des envies de retour au pays

Celui qu’on aime et qu’on oublie

Petite salle du bistrot du coin

Un soir

Vous voulez un peu de cinoche

Ce sera du Gabin du Belmondo du Suzanne Flon

Et vogue la galère

A la fin il y a la petite salle un soir

Non une aube gueule de bois

Si vous me permettez

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Bernard, du Golden Sallon, Charleroi, décédé.

Tu ne connais pas la femme

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tu ne connais pas cette femme

Venue de l’ombre

Avec ses gestes mesurés

Ses yeux te fixant

Tu ne connais pas cette femme

Dont l’amour affleure

Tout le long de sa peau

Fine et brûlante

Tu ne connais pas la femme cette femme

Toute ta vie au large

Des terres de là-bas

Tu ne connais pas cette femme

Onde douce et marine

Ta solitude incarnée dans des pas

Oubliés des traces

Sur le sable jaunissant

Tu ne connaîtras jamais cette femme

Pourtant fidèle et libre

Comme un fluide du ciel

Comme une évidence qui s’efface

Une éternité dans les recoins

De l’inconnaissable

Tu resteras cet homme

Orphelin

Que des vies multiples

Laisseront à jamais

Un peu naufragé

Largué dans l’envie

Ridicule écueil

Dans les marées de son corps

Tu ne connaîtras jamais la femme

Écris-moi… dans les reflux de la nuit.

    GILRAY

Janvier 2020

Cet été, à Pantin, Seine-St-Denis, un photographe a fixé sur la pellicule des jeunes gens qui plongeaient dans le canal de l’Ourcq

Séan McGirr, un photographe d’origine irlandaise, né à Dublin, établi en France, a photographié des jeunes plongeant dans le canal de l’Ourcq, pendant la canicule estivale.

Pantin, en Seine-St-Denis, change, les abords du canal se gentrifient, loin du Pantin populaire, en proie aux problèmes éconmiques…

https://i-d.vice.com/fr/article/mbm3nb/a-pantin-avec-ceux-qui-plongent-dans-le-canal-quand-vient-la-canicule

T’as pas le look (sLaM)

Fille aux yeux rougis

T’as pas le look qui plaît

T’as pas le look

Mais tu m’plais

Ta planque

C’est l’entre canaux

De la ville

La ville

Où tu es née

La ville

Des oubliés de la ville

Belle encore

Et toujours parce que

Pour toi elle sourit

Intra-veineuse

Un peu

Music

Dans ta tête

Quand tu la dorlotes

Sur les pavés ruisselants

Peuvent pas être secs

Et toi tes mains

La fabriquent

Jour après jour

Fille du jour qui meurt

Si t’as pas le look

T’as le langage

Les mots qui sourdent

Christ piercé

L’humanité en cloque

Dans ton petit ventre

Je t’aime fille

Aux yeux rouges

Tu t’infiltres enfin

Armée de pleurs

Et de bonheurs

T’as pas le look qui plaît

T’as le look

Qui me plaît

Photo signée Philippe Vanoudenhove, 2019.
Photo Perso en Urbex, Charleroi

Boire cette nuit

Je bois cette nuit

Dans la coulure du jour

Mes paupières se closent

Comme des chiennes soumises

Et je fais l’inventaire de mes ivresses

Épousseter le néant

C’est ce qu’ils m’obligent à faire

Rafler les traces

Sidérer le petit peuple

Les pacotilles d’humanité

Je bois cette nuit

Mielleuse dans ma bouche

Eau vive alcool des insomniaques

Ils l’ont tant dénigrée

Avec ses lunaisons ses venins

Mais elle triomphe pluie noire

Trompe un soleil médusé

Irradie les aveugles

Nuit des invalides de la nuit

Nuit des pistoleros

Sur leurs selles de cuir râpeux

Nuit plus grande encore

Quand elle fait la nique

Au chaos du jour

©GilRay

Septembre 2019

Une publication annoncée

Une publication annoncée…
Pour la 3e année consécutive, l’Espace Ecrivain Public, à Binche, a lancé cet été un (3e) concours de nouvelles, dans le cadre de son action « Ecrire en été ». Il s’agissait de donner une suite à un incipit, un premier paragraphe rédigé par une auteure, en illustrant librement un genre littéraire au choix.
J’y ai participé, connaissant l’une des personnes responsables, qui m’a, il y a deux ans, encouragé à devenir bénévole en alphabétisation dans ma région.
Un comité de lecture a sélectionné seize nouvelles, dont la mienne, qui seront publiées au printemps prochain par l’Atelier 53 (l’espace est situé au 53 avenue Charles Deliège à Binche).
Ma nouvelle s’intitule « Et j’ai chanté dans la douce pâleur de l’aube ». Elle figure aussi sur mon blog www.gillesray.be.
A noter : prochainement l’atelier organisera des stages de slam.

La page du blog : http://www.gillesray.be/…/et-j-ai-chante-dans-la-douce-pale…

Le site Facebook de l’Espace Ecrivain Public / Atelier 53 : https://www.facebook.com/lesecrivainspublicsbinchois/

Portraits Urbex / Carole

Carole, Fol danse

Carole, prisonnière de la Tour

Cette tour comme un giron

Puits de lumière et d’ondes

Où médite la Femme aux Cheveux de Ciel

Elle appelle l’infini

Colore les anneaux de métal et de ciment

Sirène des banlieues électriques

Et soudain fuse un dernier regard

Frange ovoïde et corps enrobés

©GilRay, août 2019

Portraits Urbex / Wen Dy

Wen Dy et le vieux piano

Wen Dy, dans l’ombre de la Forte Taille

Les ombres voltigent dans les pierres lunaires

Dans les briques d’usine

Le long des vieilles poutres métalliques

La lumière cherche des détours

Le visage éclot

Inquiet yeux à mi-chemin

Corps épousant le désordre

Minéral

Femme lovée dans la courbure

D’une forge oubliée

©GilRay, août 2019

Portraits Urbex / Isabelle

Isabelle, romance

Isabelle, là-bas

Comme Baudelaire j’aime le souvenir de ces époques nues

Ces visages ces silhouettes saisis

Dans les rais d’une lumière timide

Et leurs traits à jamais ingénus

Rosées de l’aube du monde

J’aime vivre les frissons

Les regards épanouis

Un bonheur au sein de ce qui fut

Une innocence marbrée

Le souvenir des époques nues

©GilRay, août 2019